Niger: le Danemark rétablit partiellement l’aide au développement 

lewestaf.com

Lars Løkke Rasmussen

Le ministre des Affaires étrangères danois, Lars Løkke Rasmussen, annonce la reprise partielle de l’aide au développement au Niger, suspendue après le coup d’État militaire. Cette décision vise à répondre à la situation critique au Niger et à atténuer l’impact des sanctions économiques.

Priorité humanitaire face à la crise

Après des semaines de suspens, le Danemark annonce son engagement à reprendre partiellement son aide au développement au Niger. Cette dernière avait été suspendue suite au coup d’État militaire survenu le 26 juillet dernier. Le ministre des Affaires étrangères danois, Lars Løkke Rasmussen, a souligné la nécessité d’agir face à la crise humanitaire imminente au Niger.

“La population du Niger est au bord de la catastrophe, avec comme conséquence un afflux potentiel de réfugiés. Bien sûr, nous ne pouvons pas fermer les yeux sur cette situation”, a t il confié au Politiken

Les modalités de l’aide restent à déterminer

Les modalités de cette reprise de l’aide n’ont pas encore été définies. Le ministre a précisé que cela ne signifiait pas le rétablissement complet du programme initial de 920 millions de couronnes danoises (environ 123 millions d’euros) sur cinq ans, annoncé au printemps. Il est “évident que les sujets de coopération diffèrent légèrement selon qu’il s’agit d’un gouvernement démocratique ou non”, a-t-il aussi précisé. 

La décision du Danemark intervient après des appels de Médecins sans frontières (MSF) à “rompre avec toute logique de punition collective” afin de minimiser l’impact des sanctions économiques sur la population nigérienne. Plusieurs autres pays, dont la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, ainsi que l’Union européenne, avaient également suspendu leurs aides au développement au Niger en réaction au coup d’État de juillet.

Ces appels pour minimiser l’impact des sanctions économiques suscitent des réactions mitigées. Pour illustration, le corridor humanitaire mis en place par le Bénin pour acheminer des produits de base et des médicaments rencontre des difficultés du côté nigérien. Il faut dire que es menaces d’intervention militaires, de la CEDEAO, notamment ont suscité un lever de bouclier dans le pays. Ce dernier s’est allié au Burkina Faso et au Mali, afin d’obtenir une assistance mutuelle en cas d’intervention armée de la part des autres pays de la région.

Lire aussi:

https://lewestaf.com/burkina-faso-assemblee-approuve-envoi-armee-niger/

Leave a comment